Les Ballets Jazz de Montréal

31 juillet
 O Balcao de amor - photo Jeremy Coachman

O Balcao de amor - photo Jeremy Coachman

 Mono Lisa, ballet du BJM, photo Alan Khol

Mono Lisa, ballet du BJM, photo Alan Khol

 Kosmos, ballet du BJM, photo Qiji

Kosmos, ballet du BJM, photo Qiji

Mardi 31 juillet – 21 h 30 – château de Biron

Les Ballets Jazz de Montréal : En ouverture du festival, une des plus grandes compagnies de danse au monde.

Compagnie de répertoire contemporain de renommée internationale, BJM – Les Ballets Jazz de Montréal proposent une danse hybride alliant l’esthétique du ballet classique à plusieurs autres styles de danse. Fondée en 1972 par Geneviève Salbaing, Eva von Gencsy et Eddy Toussaint, cette compagnie a tracé son sillage à travers les époques.
Plus contemporains, les BJM offrent aujourd’hui un produit artistique sexy, explosif, original, accessible et remarqué par l’excellence de son exécution. Le « jazz » dans le nom de la troupe fait davantage référence à du ballet classique mis au goût du jour qu’à un style musical.
Depuis 1998, les BJM sont dirigés de main de maître par le directeur artistique, Louis Robitaille. Son flair indéniable pour dénicher des chorégraphes talentueux et proposer des ballets de haut calibre permet de multiplier les défis pour son équipe d’artistesinterprètes. Louis Robitaille a présenté des oeuvres de chorégraphes internationaux tels que Mia Michaels, Trey McIntyre, Patrick Delcroix, Rodrigo Pederneiras, Mauro Bigonzetti, Annabelle Lopez Ochoa, Cayetano Soto, Barak Marshall et Andonis Foniadakis. Le directeur artistique a particulièrement à coeur de soutenir et d’encourager la créativité canadienne — chorégraphes, compositeurs et concepteurs. Des chorégraphies signées par Dominique Dumais, Crystal Pite, Aszure Barton, Wen Wei Wang et plus récemment, par Kristen Céré ont enrichi le répertoire des BJM.
Les BJM demeurent l’une des compagnies de danse les plus en vue du Canada. Avec plus de 2 000 spectacles donnés dans 66 pays et une assistance de plus de deux millions d’amateurs, les BJM sont de véritables ambassadeurs de la culture québécoise et canadienne dans le monde. Les BJM ont atteint une grande maturité tout en demeurant attentifs à l’évolution de leur discipline. Un juste équilibre qui prend racine dans la stabilité de leur organisation. Le dynamisme physique, la virtuosité et la personnalité unique des artistes-interprètes contribuent à faire des BJM une compagnie d’exception. Les BJM promettent de vous faire passer un moment privilégié avec des créations énergiques qui n’en sont pas moins fortes, expressives, « musclées » et exigeantes, et qui suscitent l’adhésion du public.
À travers leurs productions, leurs représentations et leurs activités éducatives, les BJM rejoignent les publics d’ici et de l’étranger pour encourager la découverte, stimuler l’imagination, démocratiser la danse et partager leur passion pour cette discipline. Le succès des BJM repose sur cette alchimie particulière qui fait de chaque création le fruit d’une rencontre mémorable entre les chorégraphes, les danseurs et le public.
Alonzo King LINES B
La compagnie
©

– Mono Lisa de Itzik Galili.

Pas de deux, jeu de séduction dynamique et féroce sur une musique industrielle. Entre abstraction et narration, un couple joue au chat et à la souris.
Musique : Thomas Hofs
Durée : 8 minutes
>> en savoir + Mono Lisa

– Kosmos de Andonis Foniadakis

La frénésie urbaine est le point de départ de gestes chorégraphiques inspirés des mouvements de masse, des moments d’agitation et du tourbillon urbain.
Une danse basée sur un geste clair où les artistes-interprètes doivent cohabiter, formant un clan. Un moment de retrouvailles, de rassemblement et de laisser-aller, libérateur des tensions, par opposition aux restrictions imposées par notre société moderne.
Musique : Julien Tarride
Durée : 35 minutes
>> en savoir + Kosmos

– O balcão de amor de Barak Marshall.

Après un voyage dans les Caraïbes, Itzik Galili s’est inspiré de cette musique intemporelle du roi du mambo pour créer une pièce dynamique, infusée de touches humoristiques, décontractée, sexy et pleine d’une belle folie.
« Une hystérie musicale collective sur scène, une forme de désordre ordonné – millimétré, ponctué de touches d’humour » (Le Régional.com)
Musique : Pérez Prado
Durée : 25 minutes
>> en savoir + O balcão de amor

Leave a Reply